God in the Dock (1940)

C.S. Lewis

 

Dieu au banc des accusés

Editions Raphaël (2010)

Clive Staples Lewis 1898-1953 est principalement connu comme l’auteur de The Chronicles of Narnia [1]. Irlandais, il a exercé comme professeur de littérature anglaise du Moyen Age et de la Renaissance à l’Université d’Oxford. Il était un grand ami de J.R.R. Tolkien[2]. Avec d’autres auteurs ils se réunissaient dans un cercle littéraire, The Inklings[3], pour faire des lectures de leurs romans en cours. La saga des Chroniques de Narnia qui appartient au genre de l’Heroic Fantasy[4] a rencontré un immense succès dans les pays anglo-saxons depuis la sortie du premier tome en 1950.

Lewis est aussi très connu pour avoir écrit Screwtape Letters[5], une relation épistolaire qu’entretiennent le diable (Screwtape) et un élève qu’il a envoyé sur la terre pour séduire par la tentation un jeune converti et le détourner de cette voie. C.S. Lewis fait preuve d’humour, parfois non dénué de causticité, qu’il met au service d’une apologie de sa foi.

« Je crois au christianisme tout comme je crois que le soleil s’est levé ce matin. Non pas parce que je le vois, mais parce que grâce à lui, je vois tout le reste. » C.S. Lewis

C.S. Lewis un prophète des temps modernes ?

God in The Dock traduit sous le titre Dieu au banc des accusés est un recueil d’essais et de discours publiés par C.S. Lewis entre 1942 et 1948. Seul le dernier est plus tardif et date de 1963. Ils peuvent être lus comme une apologie du christianisme que Lewis rédige à partir de quelques contradictions apparentes.

« Ouvrir un livre de Lewis, c’est toujours comme ouvrir une fenêtre dans une pièce qui sent le renfermé. » [Quatrième de couverture]

« Lewis enjambe tous les pièges dans lesquels se débattent tant d’auteurs contemporains, y compris les incroyants qui pensaient nous surprendre par leur Mythe du Dieu incarné[6]. De nos jours, le mot mythe … est, au mieux, défini comme un genre de langage imagé pour sauvages. »

Encore plongé dans l’athéisme farouche de sa jeunesse Lewis était allé aussi loin que ces incroyants comme il ressort d’une lettre datée du 12 octobre 1916 et adressée à l’un de ses plus vieux amis : « Toutes les religions ou mythologies ne sont que pures inventions humaines. … Ainsi le christianisme prit naissance, une mythologie parmi tant d’autres.[7]»

God in the Dock, Au fil des pages…

Miracles

« Nous pouvons faire les expériences les plus extraordinaires, jamais nous n’admettrons qu’il s’agit de miracles, si nous avons adopté un point de vue philosophique qui nie le surnaturel. »

Le matérialisme a tellement imprégné la pensée occidentale au vingtième siècle, que croire au surnaturel est devenu la marque d’une certaine faiblesse d’esprit.

Ce principe est généralement admis par nombre d’intellectuels épris de modernité et s’applique sans beaucoup d’esprit critique au prétexte que les prétendus « miracles » trouvent aujourd’hui une explication scientifique. La science ! Le grand mot. Et croire aux miracles est au pire avoir des hallucinations, au mieux le signe d’une carence crasse de rationalité quand ceux qui « y croient » ne sont pas considérés comme proches de l’arriération mentale.

Tout le monde s’accorde, – et en première ligne ceux qui sont devenus, par entêtement idéologique, des défenseurs fanatiques de l’écologie – à reconnaître le merveilleux ordre de l’univers sans forcément y voir l’actualisation permanente des lois de la nature que le Créateur a écrites … quelle que soit la conception que l’on ait de ce Créateur, « grand horloger » « grand architecte » … : par exemple, le soleil « se lève » et « se couche » selon une « programmation » qui se répète tous les jours. Mais si d’aventure ces lois étaient modifiées par la survenue d’un phénomène inexpliqué – vous avez dit un « miracle ! – le doute s’empare des « esprits éclairés » non pas tant sur la réalité d’une exception aux lois de la nature que sur la lucidité et le bon sens de ceux qui l’ont observée.

Cela n’empêche pas les mêmes « rationalistes » d’admettre comme validées des hypothèses qui n’ont pas encore trouvé la moindre démonstration scientifiquement prouvée : citons seulement, à titre d’exemple, les origines de l’univers, de l’homme et l’évolution des espèces, etc. Ce sont toujours des hypothèses qui sont érigées en dogmes et malheur à celui qui les conteste. Il tomberait sous le coup de l’accusation de négationnisme.

Dans ce même chapitre, Lewis ne sombre pas dans l’affabulation intempestive en prenant des exemples typiquement évangéliques. Celui de la vigne : « Dieu crée la vigne et lui apprend à tirer l’eau à l’aide de ses racines et, par l’action conjuguée du soleil, à transformer cette eau en jus qui en fermentant acquerra certaines propriétés ». Transposant ce phénomène naturel au domaine surnaturel – les noces de Cana – il pose simplement une question. Et de même à propos du blé qui deviendra du pain à l’évocation de la multiplication des pains. Et ainsi de suite : la multiplication des poissons, le figuier desséché, les miracles de guérison … Lewis fait œuvre d’intelligence et de profonde rationalité par ces parallélismes qu’il établit entre le naturel et le surnaturel, précisément parce qu’il ne confond pas les deux domaines. Sans le dire explicitement il nous invite à contempler l’action libre de Dieu qui ne viole pas les lois dont il est l’auteur ni gratuitement ni pour en faire une exception qui confirme la règle.

Mais Lewis ne peut manquer d’évoquer un miracle entre tous : la conception virginale du Fils de Dieu[8]. En quelques mots il nous rappelle quand même le génie[9] que suppose la procréation à chaque fois « qu’une particule microscopique d’une substance [du père] vient féconder la mère ». Et Lewis de conclure avec son acuité coutumière que « pour éviter la corruption, pour donner à l’humanité un nouveau départ, Dieu a court-circuité en quelque sorte le processus habituel ».

Dans ce long article – le plus long du livre – Lewis avoue qu’il ne prétend pas « rendre les miracles moins miraculeux … ni chercher à prouver qu’ils sont plus plausibles parce qu’ils présentent moins de dissemblance avec les éléments naturels. Je m’efforce, dit-il, de répondre à ceux qui prétendent que ce sont des interruptions absurdes de l’ordre universel, arbitraires, théâtrales indignes de Dieu ». Et on peut sans complexe suivre Lewis sans réticence sachant quelle place accorde à l’imagination l’auteur de The Chronicles of Narnia.

Lewis est parfois difficile à suivre tant son raisonnement est foisonnant. Ainsi s’engage-t-il dans une autre direction, à l’observation de « comment va le monde » : qui ne serait pas frappé par la dégradation de notre environnement … : « viendra un temps, pas infiniment éloigné, où le mécanisme de l’horloge s’arrêtera ou se disloquera sans que la science puisse faire quoi que ce soit » … Prophète, Lewis ?

Pour terminer ce chapitre Lewis consacre les dernières réflexions à « ceux qui confondent lois de la nature et lois de la pensée ». Pour le formuler simplement, et si j’ai bien compris, il souhaite nous faire entrer dans le raisonnement sur la transparence pour l’intelligence des processus normaux de la nature ou pourquoi nous sommes en mesure d’expliquer son comportement. Les miracles de l’Évangile ne sont pas des accidents. « Car avec Dieu il n’y a jamais d’accident. ». « La réalité divine est comme une fugue. Tous ses actes sont différents, mais tous riment les uns avec les autres ou se répondent comme le cri et l’écho. » … Poète Lewis ?

Et de conclure par cette vision de Julienne de Norwich : « Le Christ lui apparut, tenant un objet de la taille d’une noisette et disant : « Voici toute la création. » Et cela lui sembla si petit, si fragile qu’elle se demanda comment cela pouvait bien tenir ensemble.[10] »

 Dogme et univers

« C’est un lieu commun que de reprocher au christianisme l’immuabilité de ses dogmes alors que le savoir humain et en continuelle évolution. Les hommes, en contemplant un ciel étoilé éprouvent un respect religieux mais pas les singes. »

« Lorsque l’immensité de l’univers nous effraie c’est que nous avons peur de notre propre ombre. …/… Je ne dis pas que nous avons tort de trembler devant cette ombre car c’est l’ombre de l’image de Dieu. …/…  La doctrine de l’Incarnation ne serait incompatible avec ce que nous connaissons de ce vaste univers que si nous savions aussi qu’il existe d’autres espèces d’êtres pensants qui, comme nous, ont chuté et ont besoin du même mode de rédemption que nous, sans que celui-ci leur ait toutefois été accordé. …/… Qui sait si l’univers n’est pas plein de vies qui n’ont pas besoin de salut ou qui ont déjà obtenu le salut. …/…  C’est le partisan de l’évolution créatrice qui devrait trembler en contemplant le ciel nocturne car en réalité il s’est engagé dans un navire en perdition. »

En lisant cette introduction à ce chapitre on peut penser à l’invective de saint Paul dans l’épitre aux Romains 1, 22-23 : « Se vantant d’être sages ils sont devenus fous ; ils ont échangé la majesté du Dieu incorruptible pour des images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes et des reptiles. »

Il est, me semble-t-il, mal venu d’exiger du croyant d’apporter la preuve que Dieu existe quand, en contrepartie, il serait plutôt légitime de sommer l’incroyant de prouver qu’il n’existe pas. Egalité : 1 set partout – Changement de balles !

Certains pensent que la véracité des dogmes du christianisme recule en même temps que les connaissances scientifiques augmentent.

Aucune argumentation sérieuse ne peut soutenir que la valeur des connaissances est directement proportionnelle à la seule validité de leur démonstration scientifique.

Avec beaucoup d’à propos et de bon sens Lewis écrit que réciter les articles du Credo « Je crois en Dieu le Père, créateur du ciel et de la terre … » ou « Il est ressuscité des morts » prononcés il y a plusieurs siècles ou aujourd’hui et par des personnes très différentes, atteste qu’elles croient aux mêmes vérités sans que soit remise en question leur vérité dogmatique. Les connaissances scientifiques acquises depuis 2000 ans n’y ajoutent rien ni n’en réduisent en aucune manière la valeur doctrinale.

Mutatis mutandis, les vérités scientifiques acquises il y a des siècles restent des vérités quand bien même les avancées les plus modernes de la science peuvent les modifier sur des points de détail sans remettre en cause les fondamentaux.

Le mythe devenu fait (1944)

« Le christianisme historique est marqué de tant de barbarie qu’aucun homme moderne ne peut honnêtement y souscrire. »

Il est curieux que ceux qui refusent le christianisme en se fondant sur des arguments qu’ils versent au détriment de son historicité reprennent souvent les vérités du christianisme pour valider leurs propres théories. En quelque sorte ils veulent « profaner[11] » ces vérités. En revanche une mystification répandue est ce que j’appellerais une « OPA hostile sur la symbolique chrétienne » qui plaque la terminologie religieuse sur les icônes du monde moderne dans des domaines aussi divers que les arts, les sciences, la politique, le sport…

En somme le reproche pourrait se synthétiser sous la forme d’un aphorisme : « Le Christ oui, le christianisme non ! »

Religion et science (1945)

Un autre regard sur les faits miraculeux du christianisme. Comme souvent Lewis introduit un chapitre par un dialogue. « Regarde un peu : Saint Joseph. …/… Il était l’époux de la Vierge Marie. …/… Mais il fut amené à croire en la naissance virginale … »

C’est le sempiternel refrain de l’opposition entre naturel et surnaturel pour récuser ce dernier. Comme si ce que nous savons aujourd’hui invalidait, par anticipation, ce que tous les hommes savent depuis la nuit des temps à savoir qu’un être humain naît de la relation naturelle entre un homme et une femme.

Cela, la Vierge Marie le savait[12]  et de même saint Joseph[13].

Et Lewis de démonter avec astuce le montage pseudo scientifique de son interlocuteur qui le met au défi.

Celui-ci, après avoir renvoyé dans leurs cages d’illustres « ignorants » – Boèce, saint Augustin, saint Thomas d’Aquin, Dante – qui, selon lui, croyaient que la terre était plate, en accord parfait avec la science de leur époque, est remis à sa place par un argument d’autorité : l’Almageste de Ptolémée[14]. C’est la méthode facile autant que fallacieuse qu’emploient les adversaires des religions – athées, agnostiques de tout acabit -, pour les discréditer. On peut citer ici Ernest Renan : « Oui, viendra un jour où l’humanité ne croira plus, mais où elle saura ; un jour où elle saura le monde métaphysique et moral, comme elle sait déjà le monde physique… »[15]

Mais il terminait ce même ouvrage par ces paroles « tragiques et ambiguës » comme l’écrit Etienne Wolff dans un discours à la Séance publique annuelle des cinq Académies, le 20 octobre 1992 : « Et j’ai vu ton temple s’écrouler pierre à pierre et le sanctuaire n’a plus d’écho, et, au lieu d’un autel paré de lumière et de fleurs, j’ai vu se dresser devant moi un autel d’airain […] Est-ce ma faute ? Est-ce la tienne ? […] Quand je cherche ton œil de père, je ne trouve que l’orbite vide et sans fond de l’infini […] Adieu donc, ô Dieu de ma jeunesse ! Peut-être seras-tu celui de mon lit de mort… »

Les lois de la nature (1945)

« Elle s’imagine que son fils a survécu parce qu’elle a prié pour lui. »

Voilà la typique conclusion classique et très condescendante de ceux qui ne jurent que par le raisonnement et les preuves. Ils oublient que les lois de la nature sont certes immuables et ont presque toujours pour résultat des conclusions conformes à celles de la physique et des sciences mais qu’il existe aussi un facteur imprévisible et incalculable : la liberté. La nature obéit à des lois mais tous les phénomènes que nous tenons pour naturels ne sont pas à 100% régis par les lois de la physique et des autres sciences.

Que d’exemples parfois tragiques de cet excès de croyance aveugle en l’infaillibilité de la nature qui oublie l’inconnue de la liberté : celle de Dieu et celle de l’homme.

« Les lois de la nature expliquent tout sauf l’origine des événements. …/… Quelle est l’origine de l’espace, du temps et de la matière ? …/… Nous en savons toujours davantage sur le schéma. Nous ne savons rien sur la source … » Et cela tant que nous ne consentons à raisonner qu’avec les clefs de la science.

A propos de deux événements qui s’enchaînent logiquement une question se posera toujours : qui est à l’origine du premier. Quant aux lois de la nature, la solution ne sera jamais de nier l’hypothèse Dieu pour les comprendre.

Qui est le premier, l’œuf ou la poule ? La question reste toujours posée ! Quant à la réponse !?

Le grand miracle L’Incarnation et la Résurrection

« Le christianisme dépouillé, « libéré » de ses éléments miraculeux est-il possible ? » Voilà la question posée.

Les autres religions – notamment les polythéismes de l’antiquité – et les spiritualités philosophico-religieuses – le bouddhisme par exemple – dégagées de leur « mythologie souvent fantasmagorique » ne perdraient rien de leur valeur parce que les éléments miraculeux sont indépendants de leurs fondamentaux. Le christianisme en revanche inscrit toute la doctrine catholique sur « un grand miracle : au-delà de l’espace et du temps, le non-créé, l’éternel, est venu habiter la nature humaine … pour élever la nature avec lui ».

Ce grand miracle a deux volets indissociables : la naissance virginale de Jésus et tout ce qui la précède et la résurrection qui suit nécessairement sa mort constatée par des témoins.

Lewis souligne un fait dont il est peu souvent question : cela se produisit « au sein d’un peuple chez qui l’on ne trouve pas la moindre trace de religion naturelle. …/… L’histoire [du christianisme] reste au-dessus et en dehors des religions naturelles[16] » (cf. complément infra). Faisons remarquer que Lewis classe parmi les religions naturelles celles issues du paganisme ancien où la nature s’exprimait sous toutes les formes y compris les plus dégénérées et les religions antinaturelles qui prônent une maîtrise de la nature [hindouisme, stoïcisme].

Quant à la naissance de Jésus, ce qui est le plus étonnant c’est que le point de convergence entre le naturel et le surnaturel est une jeune fille à laquelle est adressé un message à Nazareth : « Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge… »[17].

Un autre fait spécifique du christianisme est le contexte de la souffrance : la souffrance d’un peuple et celle d’un homme qui en est issu.

Le christianisme est incompréhensible tant qu’on n’accepte pas ses fondamentaux qui ne sont pas des miracles pour nous forcer à croire mais qui sont l’intervention de Dieu dans la vie des hommes en passant par des phénomènes naturels, l’incarnation et la mort, mais auxquels il imprime sa marque divine : l’incarnation virginale et la résurrection qui suit la mort sur la Croix.

Complément à la note 16 : « Les thèses essentielles de cette théologie (celle de la bible), les idées qui font l’originalité la moins contestable de la cosmogonie biblique confrontée à ses contemporaines, sont, tout ensemble, que l’univers a une cause personnelle, distincte et indépendante de lui ; que cette cause est unique ; et que c’est elle encore qui continue, depuis, à présider avec autant d’efficacité à la marche du monde. » in La naissance du monde selon Israël, Jean Bottéro

Homme ou lapin (1946)

« Ne peut-on pas faire le bien sans être chrétien ? »

Et Lewis de développer l’idée que celui qui pose la question a sûrement une arrière-pensée : « Ce qui m’intéresse est de faire le bien. Mes croyances je les choisirai non pour la vérité mais leur utilité. »

Si l’homme ne cherche pas la vérité, non seulement il se trompe de chemin mais il est probable que son désir sincère et légitime de faire le bien rencontrera tôt ou tard des obstacles insurmontables.

Là est l’élément clef pour comprendre pourquoi un chrétien, qui n’a ni plus ni moins de limites qu’un non chrétien, a l’assurance de construire un monde où les notions de bien et de mal, non seulement ont un sens, mais sont les fondements de toute civilisation.

Celui qui – en toute bonne foi – pense qu’il agit bien sans avoir à se poser la question : « pourquoi ? » est « une autruche qui se cache la tête dans le sable ». Un jour ou l’autre il devra bien sortir la tête du sable quand il devra se décider à agir dans les domaines que la modernité, mais pas seulement, appelle éthiques, et qui ne sont que l’expression de ce que toutes les philosophies appellent une morale. « La morale est une montagne que nous ne pouvons escalader de nos propres forces. » Lewis de conclure, avec l’humour qui le caractérise, que si nous pensons parvenir à cette altitude il nous sera en réalité impossible d’accomplir la fin du voyage. Sans cordes ni piolet … il ne nous restera plus qu’à essayer de voler.

Le problème avec « X » est que … (1948)

« Pourquoi ne le lui dis-tu pas ? »

Vivre en société est une exigence qui met en jeu la diversité des caractères qui doivent se conjuguer sans en arriver à l’affrontement qui est la cause de la plupart des conflits de la vie quotidienne.

Et Dieu dans tout ça ?

« Il a fourni à l’homme un monde beau et riche où vivre. Il lui a donné l’intelligence et la conscience. Et après avoir fait tout cela il vit tous ses plans contrecarrés par la perversité de l’homme. …/… Il peut, s’il le veut, changer le caractère des gens. …/… [Mais] il préfère avoir un monde d’êtres libres, avec tous les risques que cela implique. »

Les êtres humains ne voient le plus souvent que la face des choses qui leur plaît ou l’inverse, à la différence de Dieu qui voit tout sans se lasser de faire confiance à la capacité de tout homme de revenir et de se corriger. « Il aime les hommes en dépit de leurs défauts. » Il est facile, comme le fait remarquer Lewis, de lui rétorquer qu’il n’est pas obligé de vivre tous les jours avec nous et de nous supporter. Mais un chrétien ne doit jamais oublier que Dieu a été un homme comme nous, qu’il a dû supporter les hommes de son temps, y compris ses apôtres, et que ses ennemis l’ont conduit au Golgotha. Et la conclusion juste de Lewis est que, si nous cessons de scruter les autres à la loupe pour ne voir que leurs défauts, nous apprendrons dans le même temps à mieux cerner les nôtres et à lutter pour nous en corriger… parce que c’est bien la seule chose que nous pouvons obtenir. L’enfer ce n’est pas les autres comme le prétend Jean Paul Sartre, mais nous-mêmes tant que nous ne nous décidons pas à modifier cette part de nous-mêmes qui y conduit le plus sûrement en empoisonnant notre existence et celle des autres.

« Même Dieu avec tout son pouvoir ne peut rendre « X » heureux aussi longtemps que celui-ci reste envieux, égocentrique… » In fine, personne n’est heureux tant qu’il ne se décide pas à l’être vraiment. Et la meilleure façon de s’y prendre est de s’efforcer de se corriger de nos défauts.

Que faire de Jésus-Christ (1950)

« … Le vrai problème, ce n’est pas ce que nous devons faire du Christ mais ce que lui doit faire de nous. »

Avec son humour si particulier, Lewis transpose le dilemme en imaginant la scène d’une mouche à côté d’un éléphant.

En fait c’est une question que beaucoup d’hommes se posent depuis les origines du christianisme. Et ils ont contemplé la question sous les angles les plus divers, intellectuels et moraux.

Les uns prendront le personnage de Jésus plein de sagesse et de bonté mais laisseront de côté toute la théologie. D’autres seront séduits par la hauteur théologique – même s’ils sont loin de tout comprendre – mais trouveront la morale rebutante par ses exigences. …Et il y a ceux qui prendront tout, la foule des chrétiens anonymes depuis les apôtres et les innombrables martyrs des premiers siècles jusqu’à aujourd’hui.

Nul comme Jésus n’a opéré dans sa personne et dans sa vie la synthèse parfaite de la droiture morale et de la vérité.

Comme à son habitude Lewis n’hésite pas à user de comparaisons à la limite du grotesque comme par exemple de dire que celui qui, comme Jésus essaierait de faire comprendre qu’il est le Fils de Dieu, est soit réellement Dieu soit un malade mental … ou d’imaginer quelqu’un qui se prend pour un œuf poché à la recherche du toast qui convienne à sa forme.

Plus sérieusement, Jésus n’a laissé personne indifférent : soit il a été (… il est toujours !) haï comme un imposteur soit il est adoré comme le Fils de Dieu.

Lewis qui a lui-même avant sa conversion affiché un certain mépris pour les Evangiles fait remarquer que ceux qui les tiennent pour une légende ne les ont pas bien lus : « L’arrangement des pensées, des phrases et des mots n’est pas assez artistique pour des légendes. (… n’oublions pas que c’est l’auteur de Chroniques de Narnia qui parle !) Du point de vue imaginatif, ils sont mal construits, et leurs récits ne sont pas correctement élaborés. »

Qu’est ce qui conduit certains à conclure à une légende ?

Peut-être ont-ils trop bien compris que ces « histoires légendaires » nous en disent beaucoup sur la vérité et n’ont-ils pas trop envie de la connaître parce qu’elle les obligerait, pour être cohérents, à la suivre avec ses exigences. Et ces vérités couvrent tous les événements depuis la naissance de Jésus à Bethléem jusqu’à sa mort sur une croix en passant par tout ce qu’on peut lire à travers des personnages comme la femme adultère, la Samaritaine, Zachée et les paraboles comme celles du fils prodigue et du bon Samaritain.

Mais ce qui « dérange » le plus c’est la Résurrection. Car comme le dit si bien saint Paul : « Si le Christ n’est pas ressuscité alors vaine est notre foi. Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.[18] »

Si le Christ a vraiment existé et que sa mort apparaît comme un échec ce n’est sûrement pas en l’éliminant de notre horizon que nous trouverons pourquoi on se pose toujours la question depuis plus de 2000 ans.

Des prêtresses dans l’Église (1948*)

* Lewis en avance sur son temps ?

Lewis ouvre ce chapitre par un petit dialogue entre Caroline Bingley et son frère :

  • « J’aimerais infiniment mieux les bals s’ils étaient organisés différemment …
  • Ne serait-il pas beaucoup plus raisonnable d’y donner la première place à la conversation plutôt qu’à la danse ? Ce serait beaucoup mieux, sans nul doute, mais ce ne serait plus un bal. »[19]

Qu’en déduit Lewis ? « Il est plus raisonnable de se parler, car la conversation fait avant tout fonctionner la raison … »

Comme souvent Lewis nous entraîne en faisant des détours improbables. Cette introduction pour aborder une discussion sur l’hypothèse de l’ordination des femmes dans l’Église anglicane. N’oublions pas que Lewis écrit en 1948. Nous sommes en 2017.

Et Lewis, toujours sur la ligne de la citation du roman de Jane Austen, de dire que cette proposition ferait de nous des gens plus raisonnables « mais que cela ressemblerait beaucoup moins à une Église ». …

« Nous manquons de prêtres… On a découvert que la femme est capable de faire nombre de choses que l’on croyait du seul ressort de l’homme… »

Quittons le raisonnement de Lewis, qui ne manque certes pas de logique. Dans la profession que j’exerce, la médecine, j’ai vu se produire de profonds bouleversements qui sont surtout de l’ordre des mentalités. La profession s’est beaucoup féminisée, pour le plus grand bien de cette même profession et notamment dans des spécialités où les hommes régnaient en maîtres quasi absolus jusqu’au despotisme frisant le mépris.

… Oui, mais ! La comparaison est-elle juste ?

Préjugés ? Orgueil ? Orgueil et préjugés ?

Et s’il s’agissait plutôt d’une incompréhension qui dépasse la seule nature ! On a reproché à l’Église catholique d’élever à l’hyperbole le culte de la Mère de Dieu au point de l’ériger « au rang de la quatrième personne de la Trinité ».

Ensuite de quoi Lewis nous offre un petit traité de la plus exquise théologie en 10 lignes !

Mais au fait, n’est-on pas en train d’oublier une notion essentielle ? On parle de l’homme, on parle de la femme et il est vrai qu’aujourd’hui ces notions sont très discutées, mais … la vraie question est : qu’est-ce-qu’être prêtre ?

Là est justement le cœur du « problème » si on érige la question en problème. Le prêtre, souligne Lewis, « est avant tout un représentant dont la mission est double : celle de nous représenter auprès de Dieu et celle de représenter Dieu auprès de son peuple ».

Considérons la question dans une optique moins théologique : que deviendrait la vie intérieure du chrétien pour qui l’image de Dieu serait indifférenciée ? Dit autrement : est-ce la même chose de s’adresser à Dieu en l’appelant notre Père ou notre Mère ? … Et en remontant dans le temps faudrait-il redécliner tous les mystères de la doctrine catholique ?

Certains objecteront que l’homme a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. « Homme et femme il les créa ».

Mais Jésus-Christ ? …

In fine c’est tout l’édifice de la vie spirituelle qui se trouve renversé, la relation de l’âme et du corps, l’unité de la personne.

Ces revendications ont-elles un fondement : dans quelle direction vont ceux ou celles qui réclament … quoi au juste ? Égalité ? Quelle égalité ? Le risque n’est pas mince de basculer dans l’uniformité. Sans opérer un glissement risqué et douteux la question reste posée du sens de la sexualité mais seulement dans un sens anthropologique, excluant toute ambiguïté inconvenante avec le domaine théologique.

Lewis cite ici un dicton militaire : « On salue l’uniforme et non celui qui le porte ». Avec cette référence il élève le débat à son seul et véritable niveau : dans la personne du prêtre l’Église ne voit et ne peut voir que celui qu’il représente, Dieu, ainsi que l’a voulu le Christ en instituant le sacrement de l’Ordre d’abord par les paroles « Ceci est mon Corps… Ceci est mon Sang » puis « Faîtes ceci en mémoire de moi ».

Une digression actuelle sur un sujet que Lewis n’aborde pas : celle des prêtres qui ont failli à leur engagement. Mais elle est en filigrane quand il écrit : « Un homme peut être un mauvais mari ; mais les choses ne vont pas s’arranger en inversant les rôles ».

… Alors, pour revenir au roman de Jane Austen, gardons au bal sa fonction : la danse. Cela n’interdira pas les conversations ni le dialogue.

Dieu au banc des accusés (1948)

Comment « présenter la foi chrétienne à un public de non-croyants » ? Lewis récuse avoir la compétence pour traiter ce sujet avec pertinence. Sur la base de son expérience de conférencier devant des publics très différents, majoritairement de la R.A.F., il reconnaît que sous la bannière de « non-croyants » se rangent toutes sortes de formes y compris ce qu’il appelle le « flou théologique ». De cette même expérience il tire une autre conclusion : qu’en général il observe que ses auditeurs s’intéressent plus à l’homme de la préhistoire qu’à l’homme de l’histoire, le premier étant plus compréhensible scientifiquement que le second ! Entre ces deux extrêmes on évolue dans une zone d’ombre où se meuvent, comme dans le brouillard, des formes fantomatiques. La raison avancée est le manque de fiabilité des sources et dans ces sources il faut aussi compter – chose étonnante – les Évangiles qui sont perdus dans la forêt des événements historiques les plus divers.

Pour trouver une explication, Lewis fait appel à la linguistique. Il voit dans la langue anglaise deux niveaux : l’un plus cultivé et l’autre qui serait celle du « peuple » qu’il faut apprivoiser. D’où un vocabulaire qui déambule entre les significations et rendant le dialogue d’autant plus improbable. Ainsi porté pour la foi chrétienne, l’extrême difficulté de se faire comprendre avec les mots du vocabulaire philosophique et théologique. Finalement tout devient un problème de traduction.

Je me limiterai au commentaire d’un mot qui ressort presque du mythe : le péché. La difficulté principale étant qu’il faut en avoir conscience. Là encore Lewis est un précurseur – même en Angleterre en 1948 – quand il aborde la question de la contraception qui en même temps qu’elle a transformé les conséquences de l’acte sexuel a par la même occasion balayé la conscience morale de l’acte puisqu’elle a réduit à néant ce qui est considéré comme un « risque », savoir la possibilité de l’enfant. Et Lewis de conclure que le plus simple est d’éviter l’intellectualisme pour s’en tenir à parler de Jésus comme de celui qui appelle à venir à lui. 

Nous n’avons aucun droit au bonheur (1963)

« Il n’y avait pas l’ombre d’un doute que M. A. et Mme B. étaient très épris d’un de l’autre ». … « Après tout, ils avaient droit au bonheur. »

Ainsi C.S. Lewis introduit-il son dernier chapitre. En 2017 il garde toute son actualité.

Et sa réflexion suit son cours sur le « droit au bonheur ». Lewis, comme à son habitude, élargit le champ de sa pensée.

Le droit ? Lewis en donne sa définition : « J’entends par droit une liberté qui m’est garantie par les lois de la société dans laquelle je vis ».

Le fil conducteur de l’article, pour aussi trivial qu’il soit – la relation charnelle entre un homme et une femme – se veut en réalité une mise au point sur la loi et la morale. Là encore Lewis est en avance sur son temps. De tous les plaisirs auxquels l’être humain peut accéder sur terre, celui qui apparaît le plus intense est celui que procure l’acte sexuel. C’est pourquoi il est si souvent en cause dans les ruptures. Mais pour une fois Lewis, à mon avis, ne va pas au bout de sa réflexion et s’arrête au milieu du gué. Sa conclusion reste trop terre à terre tout en étant sans doute celle que l’on peut tirer de l’observation de la vie en société aussi loin que l’on remonte dans le temps : « Un fois admis dans un domaine, le principe funeste [du droit au bonheur] s’infiltrera peu à peu dans notre vie tout entière. Ceci conduira à un type de société où non seulement chaque homme, mais chaque instinct dans chaque homme, voudra qu’on lui donne carte blanche ».

Lewis, toujours précurseur, avait sans doute compris, comme nous le voyons aujourd’hui, que l’être humain ne veut pas trop laisser de place à la morale pour guider sa vie.

Et sa conclusion n’encourage pas l’optimisme : « A ce moment, même si nous pouvons penser que nos connaissances techniques nous permettront de survivre plus longtemps, l’âme de notre civilisation sera morte et, sans même que qui que ce soit ose ajouter « malheureusement », celle-ci ne tardera pas à disparaître ».

Calamus

2016.12.22

 

[1] http://www.narnia.com/us/books/

[2] http://www.christianitytoday.com/history/2008/august/j-r-r-tolkien-and-c-s-lewis-legendary-friendship.html

[3] https://www.biography.com/people/cs-lewis-9380969

[4] A work of fiction which deals with the adventures of a heroic figure; (now) specifically a subgenre of science fiction and fantasy literature featuring the adventures of a hero in a (more or less) imaginary world.

[5] http://www.cslewis.com/us/books/ebook/the-screwtape-letters-annotated-edition/9780062299086/

[6] John Hick, The Myth of God Incarnate, Westminster Press, Philadelphia, 1977

[7] The Letters of C.S. Lewis to Arthur Greeves, 1914-1963 Paperback – September 1986

by C. S. Lewis (Author), Walter Hooper (Editor)

[8] cf. infra Articles Religion et science et Le grand miracle

[9] cf. C.S. Lewis Genius and Genius in Studies in Medieval and Renaissance Literature, Edité par W. Hooper, Cambridge 1966

[10] Sixteen Revelations of Divine Love, Ch. 5, Robert Hudleston, Londres, 1927

[11] profaner au sens de rendre profane

[12] Luc 1, 34 « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme »

[13] Mt 1, 18-19 « Marie avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble elle fut enceinte … »

[14] https://www.google.fr/amp/www.astrofiles.net/astronomie-claude-ptolemee%3famp

[15] Ernest Renan L’Avenir de la science, pensées de 1848 Calmann Lévy, 1890 – http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k107920k

[16] La naissance du monde Editions du Seuil 1959 – Chapitres « La naissance du monde selon Canaan » par André Caquot p. 175 et « La naissance du monde selon Israël par Jean Bottéro p. 185 in Sources orientales – La naissance du monde. Egypte ancienne, Sumer, Akkad, Hourrites et Hittites, Canaan, Israël, Turcs et Mongols, Iran préislamique, Inde, Siam, Laos, Tibet, Chine Broché – 1 octobre 1959

[17] Luc 1, 26-38

[18] 1 Corinthiens 15, 17-19

[19] Jane Austen, Orgueil et préjugéshttps://www.jane-austens-house-museum.org.uk/