2021 – Joyeux Noël – Meilleurs vœux de belle année – 2022

Francisco de ZURBARÁN – 1638
Adoration des bergers
Musée des Beaux-Arts, Grenoble
(Oil on canvas, 267 x 185 cm)


… le temps de lire : https://youtu.be/fsIYc1mP3NQ

Un ami m’a adressé à l’occasion de Noël le lien d’une émission diffusée sur France Culture intitulée : « Du soleil invaincu au petit Jésus ». Elle a été diffusée le 24 décembre 2011 dans le contexte de l’émission de l’époque « On ne parle pas la bouche pleine » https://www.franceculture.fr/…/du-soleil-invaincu-au… Le journaliste interrogeait un historien médiéviste André Vauchez. L’émission se voulait un survol historique autour de la date du 25 décembre pour situer chronologiquement la fête chrétienne de Noël. Je ne vais pas faire ici ni le résumé de l’émission ni même en faire une analyse critique. L’ami qui m’envoyait le lien n’avait pas d’autre intention que de me faire remarquer que la date du 25 décembre est pour lui celle du « Sol invictus », autrement dit celle du « soleil invaincu », le solstice d’hiver. Quand j’écris « pour lui » je veux dire que pour lui la fête chrétienne de Noël est une « invention » qui ne repose sur aucune vérité historique. … Qui n’en conviendrait ? Quand Jésus est né il n’y avait pas de registre d’état civil où on inscrivait les naissances… Tout ceci n’est qu’anecdotique et, pour le dire un peu brutalement, sans grand intérêt. Parce que Noël que l’on voudrait voir disparaître comme référence pour ne pas heurter la conscience de tous ceux qui ne partagent pas les convictions chrétiennes, c’est tout autre chose qu’une date sur un calendrier.Et pour parler franchement si le 25 décembre n’est plus qu’un jour comme les autres, qu’il a perdu son sens, alors effectivement pourquoi garder ce mot « Noël ». Au fait c’est quoi, Noël ?

Je donne la parole à … Arthur Rimbaud ! Il ne parle pas de Noël mais de Jésus à Nazareth :

En ce temps-là, Jésus habitait Nazareth. L’enfant croissait en vertu comme il croissait en âge. Un matin, quand les toits du village se mirent à rosir, il sortit de son lit alors que tout était en proie au sommeil, pour que Joseph, en se levant, trouvât le travail terminé. Déjà penché sur l’ouvrage commencé, et le visage serein, poussant et retirant une grande scie, il coupait maintes planches de son bras d’enfant. Au loin apparaissait le soleil brillant, sur les hautes montagnes, et son rayon d’argent entrait par les humbles fenêtres… Voici que les bouviers mènent aux pâturages leurs troupeaux ; ils admirent à l’envi, en passant, le jeune ouvrier et les bruits du travail matinal. « Qui est cet enfant ? disent-ils. Son visage montre une beauté mêlée de gravité ; la force jaillit de son bras. « Ce jeune ouvrier travaille le cèdre avec art, comme un ouvrier consommé; et jadis Hiram ne travaillait pas avec plus d’ardeur quand en présence de Salomon, il coupait de ses mains habiles et robustes les grands cèdres et les poutres du temple. « Pourtant le corps de cet enfant se courbe plus souple qu’un frêle roseau; et sa hanche, droite, atteindrait son épaule. » Or sa mère, entendant grincer la lame de la scie, avait quitté son lit et, entrant doucement, en silence, elle aperçoit, inquiète, l’enfant peinant dur et manœuvrant de grandes planches… Les lèvres serrées, elle regardait; et, tandis qu’elle l’embrasse d’un regard tranquille, des paroles inarticulées tremblaient sur ses lèvres. Le rire brillait dans ses larmes… Mais tout à coup la scie se brise et blesse les doigts de l’enfant qui ne s’y attendait pas. Sa robe blanche est tachée d’un sang pourpre, un léger cri sort de sa bouche… Apercevant sa mère, il cache ses doigts rougis sous son vêtement; et, faisant semblant de sourire, il lui dit : « Bonjour, mère ! » Mais celle-ci, se jetant aux genoux de son fils, caressait, hélas! de ses doigts, les doigts de l’enfant et baisait ses tendres mains en gémissant fort et baignant son visage de grosses larmes. Mais l’enfant, sans s’émouvoir : « Pourquoi pleures-tu, mère qui ne sais pas ?… Parce que le bout de la scie tranchante a effleuré mon doigt ! Le temps n’est pas encore venu où il convienne que tu pleures. » Il reprit alors son ouvrage commencé ; et sa mère en silence et toute pâle, tourne son blanc visage à terre, réfléchissant beaucoup et, de nouveau, portant sur son fils ses yeux tristes : « Grand Dieu, que ta sainte volonté soit faite ! »

Arthur Rimbaud Traduction d’un poème en vers latins, composé par Rimbaud au Collège de Charleville, en 1870, à l’âge de 15 ans.

Et en miroir à ces mots d’Arthur Rimbaud ceux du cardinal africain, Robert Sarah : « Quand Dieu a décidé d’envoyer son Fils pour sauver le monde, la situation n’était pas brillante. C’est même pour cette raison qu’il a envoyé Jésus partager notre vie humaine, nos souffrances, nos espérances : il est venu humblement parce que Dieu est humble et qu’il nous aime. L’amour et l’humilité, c’est la même chose. La situation que nous vivons aujourd’hui ressemble à celle de Noël, quand le fils de Dieu est venu sur terre. Jésus est vraiment l’espérance du monde parce que seul et unique Sauveur. Il est la lumière du monde, le soleil vivant. Le soleil donne vie mais fait également croître l’humanité, les plantes. …/…Notre façon de l’accueillir, c’est d’ouvrir nos cœurs et ne pas le laisser dehors comme à Bethléem, où il n’y avait pas de place ni pour Marie, ni pour Joseph, ni pour lui. Nous ne devons pas imiter cette fermeture, mais nous ouvrir humblement… »

Et puisqu’il n’est pas question de parler du fils sans évoquer sa mère, ce poème bien connu de Paul Claudel récité par Madeleine Renaud en 1981 (une archive de l’INA du 24 décembre 1981) : Guy Béart pose cette question à Madeleine Renaud : « Madeleine, pour vous qui est Marie ? »… et elle répond (https://www.ina.fr/…/madeleine-renaud-dit-la-vierge-a…

La Vierge à midi

Il est midi. Je vois l’église ouverte. Il faut entrer.Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier. Je n’ai rien à offrir et rien à demander. Je viens seulement, Mère, pour vous regarder…/…

Pour terminer sur un rythme très joyeux venu des Andes péruviennes

https://youtu.be/n2GzuB-Ox0o

Allegro : Cachua a voz y bajo Al Nacimiento de Christo Nuestro Señor, [Tomo II, Estampa – E. 177] – Códice Trujillo del Perú o Martínez Compañón (S. XVIII). Intérpretes : Capilla de Indias – Directora : Tiziana Palmiero. Imágenes : Ciudad de Cajamarca – (Perú).

https://youtu.be/fsIYc1mP3NQ

Dos Cachuas del Códice de Martínez CompañónTrujillo, 17891. Niño il mijor2. Dennos licencia señoresEl Códice del Obispo Baltasar Jaime Martínez Compañón « Trujillo del Perú » reúne en el tomo II diecinueve piezas recogidas en los territorios del obispado de Trujillo en 1789. Esta colección se publicó en 1946 con el título de « Folklore Musical del siglo XVIII » conteniendo la reproducción facsimilar de los manuscritos y la transcripción de las letras realizados por Rodolfo Holzmann, César Arróspide de la Flor y Rubén Vargas Ugarte. Es un códice de trascendencia para la música peruana porque documenta nuestras tempranas expresiones populares.Coro Nacional de Niños del Perú Director: Oswaldo Kuan

Noël c’est comme toujours chaque année, une porte qui s’ouvre sur un nouveau calendrier.… Belle année 2022

Francisco de ZURBARÁN – 1639-1640
Adoration des Mages
Musée des Beaux-Arts, Grenoble
(Oil on canvas, 264 x 176 cm)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *